Géo-Regards n.01 : Reconstruire la ville en ville

mercredi 15 octobre 2008 par Pierre-Yves Jeanneret

Reconstruire la ville en ville

Textes réunis par Patrick Rérat

Géo-Regards : Revue neuchâteloise de géographie n. 1, 2008

Numéro épuisé

Pour commander

Reconstruire la ville en ville : tendances et enjeux

Patrick Rérat

Cet article constitue l’introduction à ce numéro consacré au thème de la reconstruction de la ville en ville et de la requalification des centres. Il dresse un état des lieux des principales tendances de l’urbanisation ainsi que des débats en cours. Une première partie s’intéresse à la dynamique d’étalement urbain, aux critiques qui lui sont adressées, ainsi qu’au modèle alternatif de la ville compacte. Ensuite, les facteurs concourant à une revalorisation des centres sont traités : la politique fédérale, les stratégies des villes, l’activité du marché immobilier et l’attrait résidentiel et culturel des villes. Certains enjeux et limites du regain d’attractivité des centres sont mis en perspective : la consommation croissante d’espace habitable, la concurrence entre collectivités territoriales, le risque de gentrification et l’intégration des principes de durabilité. Finalement, les articles réunis dans cet ouvrage et leur contribution au débat sont présentés.

Régime métropolitain, migrations résidentielles et recompositions sociales : l’hypothèse de l’inversion du modèle de mobilité

Antonio Da Cunha

Phénomène resté assez marginal jusqu’aux années quatre-vingt, la gentrification est devenue, dans certaines villes européennes, un principe de production de l’espace urbain. La ville que désertaient les classes moyennes parce qu’elle était associée à une densité excessive et à des nuisances de toutes sortes redevient ainsi le lieu d’une valorisation immobilière renouvelée, mais aussi d’un entre-soi sélectif, du spectacle et du plaisir répondant aux nouveaux styles d’habiter des nouveaux cadres de l’urbain globalisé. Qu’en est-il en Suisse ? L’article présente quelques résultats issus de deux recherches menées à l’échelle du système urbain et de l’agglomération lausannoise. L’observation des dynamiques à l’œuvre ne permet pas de corroborer la thèse du « retour en ville ».

Le déclin du commerce local, les pendulaires et l’autoroute

Jérôme Chenal, Vincent Kaufmann

L’autoroute vecteur de développement peut aussi s’avérer être un puissant levier pour « vider » des régions périphériques de leurs commerces et d’une partie de leurs aménités. Alors que les pendulaires sont de plus en plus nombreux et vont de plus en plus loin, leurs modes de vie ne s’intègrent que très difficilement aux commerces des centres-villes qui peinent à s’adapter à cette nouvelle donne. L’exemple ici émane d’une recherche sur le déclin du commerce en centre-ville à Estavayer-le-Lac, mais pourrait être celui de la quasi-totalité des villes suisses.

Les friches ferroviaires urbaines en Suisse, un potentiel à conquérir

Jean-Paul Jaccaud, Vincent Kaufmann, Inès Lamunière, Sophie Lufkin

La densification des friches ferroviaires présente un enjeu important pour le développement d’une urbanité durable. La relation symbiotique entre un réseau ferroviaire performant et une densification ciblée amarrée autour des gares est une solution dont la valeur est clairement identifiée mais qui se heurte à de nombreux facteurs de résistance. Comprendre dans ce contexte quels mécanismes et quelles stratégies concrètes proposer pour ces sites constitue les axes principaux d’une étude menée dans le cadre du Projet national de recherche 54 par le Laboratoire d’architecture et de mobilité urbaine et le Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL en partenariat avec CFF Immobilier.

La reconversion du quartier Gare/Crêt-Taconnet à Neuchâtel : réflexions sur la densification qualifiée

Marianne Thomann

La reconversion des friches industrielles des secteurs de gare est prometteuse dans l’optique d’un développement urbain dense alternatif à l’étalement. Elles constituent en effet une réserve foncière centrale et bien desservie par les transports publics. La densification de ces terrains stratégiques ne pourra cependant freiner l’étalement urbain qu’à condition d’offrir un cadre de vie attractif pour l’habitat. Notre hypothèse est que l’engagement des pouvoirs publics est déterminant pour assurer cette densification qualifiée.

Le rôle des promoteurs immobiliers dans la reconversion d’usines en logements à la Chaux-de-Fonds

Patrick Ischer

La réaffectation des friches industrielles s’avère être une solution cohérente et réaliste pour concevoir des projets de développement urbain durable visant à « faire la ville dans la ville ». Or, ce processus présente un ensemble de contraintes qui se doivent d’être considérées pour comprendre l’insuccès de certaines de ces entreprises. Je propose, dans le cadre de cette présentation, de revenir sur la manière que certains promoteurs immobiliers ont eu de s’affranchir de ces obstacles, menant ainsi à bien des projets de réhabilitation de friches industrielles légères en logements à La Chaux-de-Fonds.

La recomposition territoriale des circuits immobiliers : le cas des caisses de pension suisses

Thierry Theurillat, José Corpataux

Cet article traite de la modification des circuits d’investissements immobiliers, à travers l’exemple des investissements des caisses de pension, dans le contexte de financiarisation de l’économie. Deux circuits sont mis en évidence. Dans le premier circuit, les caisses agissent comme entrepreneurs et investisseurs, les investissements sont régionaux et sont évalués selon des modalités propres aux caisses. Dans le deuxième circuit, les caisses se comportent uniquement comme des investisseurs. L’évaluation des placements s’effectue en fonction des critères financiers de rendement, de risque et de liquidité et les régions privilégiées d’investissement sont les régions urbaines importantes du pays.

Urbanisme néolibéral et politiques de gentrification : main basse sur le quartier de la gare TGV à Bruxelles

Mathieu Van Criekingen

L’analyse de développements récents en matière de politique urbanistique à Bruxelles met en lumière un glissement important des modes d’action publique en matière de production de l’urbain, dont la portée déborde largement du cadre bruxellois. Elle illustre en particulier l’incorporation du processus de gentrification dans les politiques déployées au nom de l’adaptation des territoires urbains à la « globalisation ». L’analyse des transformations radicales imposées au quartier jouxtant la gare TGV (gare du Midi) donne une mesure particulière des modalités et des effets de telles politiques, effets très destructeurs en l’occurrence.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 6048 / 298724

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Publications  Suivre la vie du site Géo-Regards : revue neuchâteloise de géographie  Suivre la vie du site Les numéros parus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License